Aérojournal

Aérojournal : Histoire de la guerre aérienne

Aérojournal hors-série n°40 : B-24 Liberator

Aéro-journal n°82 : La légion Condor - Les débuts opérationnels de la Luftwaffe en Espagnezoom

[ zoom ]

[ Ajouter au panier ]

Aérojournal n°82

Disponible

8 € frais de port compris

Disponible également au format tablettes et smartphones


Logo de Google Play Logo itunes

Dossier : la Légion Condor

 

+ La Légion Condor

Les débuts opérationnels de la Luftwaffe en Espagne

« Les pilotes de bombardiers, de la chasse, de la reconnaissance sur terre et en mer, les artilleurs antiaériens, les personnels des Panzer et des canons antichars, les techniciens des transmissions, les instructeurs et les mécaniciens ont apporté leurs connaissances, et même donné leur vie, au généralissime Franco. » Ainsi est résumée, dans une brochure de propagande nazie d’époque, la contribution de la Légion Condor à la guerre d’Espagne. Si celle-ci a été décisive et indiscutablement permis aux armées du général Franco de triompher, les enseignements tirés du conflit ont partiellement aveuglé les chefs de la Luftwaffe sur les potentialités de l’aviation de combat moderne

+ Emil en Espagne

Le Messerschmitt Bf 109 E dans la Légion Condor

Les chasseurs monoplans Messerschmitt Bf 109 E envoyés à la Légion Condor ont très brièvement combattu en Espagne étant donné qu’ils sont arrivés au moment de l’effondrement final des forces républicaines, si bien que très peu de choses sont connues à leur sujet. Maciej Góralczyk a cependant fait le tour de la question et nous en dit plus sur le déploiement des « Emil » aux côtés de Franco quelques mois avant le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale.

+ En territoire ennemi

Les pilotes de la Légion Condor parlent

Nous avons vu précédemment les circonstances dans lesquelles la Légion Condor avait vu le jour et combattu, apportant un appui décisif aux forces nationalistes du général Franco. Si les pertes allemandes ont été relativement modérées, l’opposition offerte par l’adversaire a souvent été acharnée. Ces pilotes ont été abattus en territoire républicain et capturés par l’ennemi qui les a remis au bout de quelques semaines à la Croix-Rouge. Ces personnels de la Légion Condor ont été débriefés à leur retour en Allemagne pour connaître les circonstances de la perte de leur machine, acquérir des renseignements sur l’ennemi et en savoir plus sur leurs conditions de détention. Didier Laugier a retrouvé certains de ces témoignages, à prendre avec le recul induit par les idéologies de l’époque.


Forteresses et « tuyaux de poêle »

L’été 1943 de Heinz Knocke

As aux 33 victoires (plus 19 non confirmées), l’Oberleutnant Heinz Knocke est le Staffelkapitän de la 5./JG 11 à l’été 1943, tandis que son escadre est affectée à la défense du Reich. Le II. Gruppe tout entier est alors basé à Jever, sur le trajet des bombardiers de la 8th Air Force venant régulièrement attaquer Hambourg. À cette époque, la JG 11 expérimente de nouvelles armes et tactiques pour venir à bout des Viermots (quadrimoteurs) américains qui matraquent quotidiennement l’Allemagne – lance-roquettes Werfer-Granate 21 et… lâchers de bombes sur les Boxes ! – avec des fortunes diverses. Blessé à la main le 25 juin au cours d’une interception, Knocke s’apprête à passer un été mouvementé. Les éditions Caraktère vous proposeront bientôt les mémoires du pilote allemand dont voici cet extrait.

9 octobre 1942 : raid sur Lille (1re partie)

Le jour où la 8th Air Force passa aux raids massifs

Le bombardement de la 8th US Air Force sur Lille le 9 octobre 1942 ne constitue qu’une simple piqûre de guêpe comparé aux raids qu’elle allait exécuter au cours des deux ans et demi suivants, mais il s’agit pourtant d’une opération très importante pour la « Mighty Eight ». Pour reprendre les termes de l’histoire officielle de l’USAAF, ce fut un « point culminant mineur » dans la longue campagne américaine de bombardements de jour sur l’Europe. Après les débuts très timides de cette dernière, le raid sur Lille annonce la tournure qu’allait bientôt prendre le bombardement stratégique américain. En effet, pour la première fois depuis le déploiement de la 8th AF en Angleterre, plus de 100 B-17 et B-24 du VIII Bomber Command sont envoyés à travers la Manche. Cependant, sitôt le raid terminé et la fumée des dommages causés dissipée, les Allemands auront tout le temps de réfléchir et de s’adapter à la nouvelle menace, car il n’y aura pas d’opération de plus grande ampleur menée par la « Mighty Eight » avant le 17 avril 1943.

La mort d’un pilote

Le Pilot Officer John Rowden, abattu à Mardyck (9 avril 1941)

Le matin du 9 avril 1941, sur la base aérienne de Hornchurch, les responsables du No 64 RAF Squadron décidèrent de lancer une opération d’envergure de l’autre côté de la Manche. À cette époque, Luftwaffe et RAF se remettaient difficilement de la saignée de 1940 qui avait vu la bataille d’Angleterre succéder à la coûteuse Westfeldzug (campagne à l’ouest) allemande.

L'actualité de l'aéronautique

- Des chasseurs-bombardiers F/A-18 Hornet d’occasion pour la force aérienne tunisienne ?
- Safran va fournir le système d’atterrissage du V-280 Valor, en lice pour remplacer l’hélicoptère UH-60 Black Hawk de l’US Army
- Lockheed-Martin obtient un contrat de 42 millions d’euros pour le soutien des C-130 Hercules de l’armée de l’Air
- Le ministère égyptien de la Défense et Dassault Aviation confirment la commande de 30 avions Rafale
- Berlin va refuser les quatre avions de patrouille maritime Atlantique 2 « Standard 6 » proposés par Paris
- Actualité du livre

 

Renseignements : Caraktère - 3120, route d'Avignon - 13090 Aix-en-Provence - Tél : 04 42 21 06 76
www.caraktere.com

Votre panier :

Nouveauté livres :

Trouver un kiosque près de chez vous

NOUVEAU : voici l'outil indispensable pour trouver votre magazine préféré près de chez vous :
www.trouverlapresse.com